• 16/01/2010 : Remontage partie cycle, roulements de vilo

    Bon cette fois on s'attaque au remontage. Je commence par la partie cycle : bras oscillant, tubes de fourche, roues, garde-boue...

    Ensuite ce que je redoute : le montage des roulements de vilebrequin et du pignon de distribution. Je mets donc le vilebrequin au congélateur la veille au soir pour avoir une différence de température maximale (le froid rétrécit le métal, la chaleur, le fait gonfler).

    Je mets mes roulements au four, ainsi que le pignon de distribution. Je règle sur 80°C pour être sûr de ne rien abîmer.

    Ci-joint, extrait des conseils de SKF "La différence de température nécessaire entre bague et pièce réceptrice est fonction du serrage et du diamètre de la portée. Les roulements ne doivent pas être chauffés au-delà de 125 °C car des modifications de structure de la matière pourraient se produire, entraînant des variations dimensionnelles. Les roulements munis de flasques ou joints, garnis de graisse, ne doivent pas être montés à chaud au-delà de 80 °C en raison de la graisse ou du matériau des dispositifs d'étanchéité."

    Bien sûr, il ne faut pas taper sur le vilebrequin comme ça, sinon on va faire bouger le maneton. Il faut prendre appui sur la masselotte du coté du roulement qu'on enfonce, comme ça on n'exerce aucun effort sur l'embiellage. Pour ce faire, j'utilise une plaque de 8mm que je découpe de la forme de la tête de bielle. Cette plaque sera mise dans un étau. Les roulements doivent être enfoncés avec un tube prenant appui sur la bague intérieure.

    Les roulements sortis du four se montent bien, mais il faut taper quand même pas mal. L'idéal serait une petite presse. Je conseille de huiler les roulements tout de suite après, car le passage au congélateur ramène de l'humidité sur le vilebrequin (même enveloppé dans un sac hermétique).

    Le pignon de distribution se monte aussi sans problème, mais il faut bien repérer son alignement en traçant un repère à la pointe à tracer (voir revue technique).